Les kystes ovariens se manifestent sous forme de sac à dimensions variables rempli de liquides qui apparaissent sur ou dans les ovaires. Beaucoup de femmes en souffrent pendant leur vie. Ils ne causent pas généralement de douleurs et ne sont pas très graves sauf au cas de leur rupture. Ils disparaissent généralement sans traitement au moment du déclenchement de la menstruation.  

On note l’existence de deux types de kystes ovariens, les plus connus sont les kystes fonctionnels partant après deux ou 3 cycles menstruels. On témoigne leur existence de la puberté à la ménopause dans le cas où le follicule qui se forme dans l’utérus à chaque cycle ne se rompt pas pour libérer l’ovule. C’est bien le follicule non rompu qui se développe en kyste ou groupe de kystes. Les autres types de kystes qui affectent les femmes ménopausées sont de type bénin : Ces derniers ne se dégénérassent pas.

kystes ovariensLa détection de ce type de kyste généralement silencieux se fait lors d’une consultation gynécologue. L’échographie permet de détecter les caractéristiques du kyste et localiser sa position. Par mesure de sécurité, un test de grossesse est effectué aussi : En effet, ces kystes peuvent apparaitre lors de premiers trois mois de grossesses. Les médecins évitent généralement de les extraire à cause de leur contribution dans la production de la progestérone, une hormone importante au maintien de la grossesse.

Comme mentionné tout à l’heure, un kyste ovarien ne présente pas de symptômes alarmant au début. Des douleurs au niveau du bas ventre, des menstruations absentes ou irrégulières avec des malaises urinaires et une constipation, tous ces symptômes peuvent faire penser à la présence d’un kyste ovarien. Les contrôles réguliers peuvent permettre de prévenir le développement dangereux de ce type de kyste. Généralement, ces kystes disparaissent spontanément sauf en cas de rupture : un antidouleur est prescrit. Les médicaments contraceptifs sont prévus pour faciliter la disparition du kyste en cas de persistance et afin d’éviter le développement d’autres. Si ce dernier augmente de taille avec le temps, une intervention chirurgicale est inévitable malheureusement. Si le kyste est cancéreux, les ovaires peuvent êtres extraits par une cœlioscopie, on parle d’hystérectomie : Cette intervention est généralement simple grâce à l’introduction d’une sonde de caméra par des petits troues afin d’éviter une incision. Mais parfois, le médecin est obligé de faire une chirurgie plus grande afin d’extraire le kyste et l’analyser ultérieurement.